L’issue de secours

Ne vois pas à ta condition, mais regarde à ta position.

La position est bien plus que la condition car la portée de nos mouvements en dépend également. La plupart du temps, on a tendance à oublier notre position pour se focaliser sur la condition, surtout lorsqu’on se trouve dans une situation difficile. En effet, la difficulté et tout ce qu’elle implique pousse à garder le focus sur notre condition.

La condition est passagère, elle ne doit donc pas nous emprisonner et nous empêcher d’aller de l’avant. Ce qui compte véritablement, c’est notre position. La position ici renvoie à la place occupée (spirituellement) par une personne et de toutes les possibilités qui s’y rattachent. En tant qu’enfant de Dieu, notre position nous accorde la possibilité de trouver et d’emprunter l’issue de secours la plus proche de nous pour sortir d’une situation désavantageuse.

Les circonstances de la vie ont fait que Joseph s’est un jour retrouvé dans la condition d’esclavage. Seulement, celui-ci n’avait pas oublié sa position d’héritier des promesses de Dieu. Malgré sa condition difficile, il est resté focalisé sur sa position et s’est confié à Celui qui lui avait fait la promesse: Dieu. Certes sa situation n’a pas changé dans l’immédiat, mais il est sorti de la forteresse de l’esclavage en empruntant chaque issue de secours que le Seigneur lui indiquait: la tentation de la femme de Potiphar et les rêves des prisonniers du pharaon. Il a emprunté ces issues lorsqu’il a décidé de rester fidèle à ses valeurs devant la femme de Potiphar, et de servir les autres même en prison. D’esclave, il est devenu gouverneur d’Egypte, bien au-dessus de son ancien maître Potiphar.

En tant qu’enfant de Dieu, notre position nous accorde la possibilité de trouver l’issue de secours la plus proche de nous

Les défis peuvent être au rendez-vous, mais en aucune manière, ils ne doivent nous qualifier et nous pousser à la frustration et aux lamentations. Il peut arriver de faire face à une situation injuste, de pauvreté sévère, de chômage, de maladie, ou de n’importe quelle autre difficulté qui déforme notre condition. Mais nous ne devons pas nous focaliser sur cette condition qui en réalité n’est pas la nôtre. Car si face à cette situation étrangère, nous aspirons à autre chose, cela voudrait dire que quelque part, nous refusons cet état, et nous croyons que nous avons droit à ce qu’il y a de meilleur.

Aussi, il convient de regarder à sa position, celle qui donne accès au droit de changer sa condition.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s